L’Éthiopie interdit les services de téléphonie Voip et call-backs

Skype, MSN, Google Talk et autres services de Voip (voix sur IP) sont persona non grata en Éthiopie, de même que les services de call-backs (fonction de rappel). Le régime éthiopien protège son monopole sur les télécoms, qu’il considère victime d’un manque à gagner de $ 50 millions.

Skype, MSN, Google Talk et autres services de Voip (voix sur IP) sont persona non grata en Éthiopie, de même que les services de call-backs (fonction de rappel). Le régime éthiopien protège son monopole sur les télécoms, qu’il considère victime d’un manque à gagner de $ 50 millions.

Le gouvernement éthiopien a réagi, à travers son porte-parole Shimeles Kemal, pour répondre aux accusations de censure croissante de l’Internet qui lui étaient adressées. Le texte de loi a été voté le 24 mai dernier. Tout utilisateur de service de Voip encoure désormais de 7 à 15 ans de prison. En matière de call-backs, la loi prévoit une peine de prison de 5 à 10 ans. Ces amendes sont multipliées par 10 pour les personnes morales.

Aussitôt, l’Éthiopie a vu son palmarès en matière de libertés individuelles, déjà sombre, être encore brocardé . Sur la toile bien sûr, mais aussi par des sites spécialisés, inquiets de l’atteinte aux droits des internautes ou des limitations de la liberté d’expression. Le Commitee to Protect Journalists (CPJ) a ainsi dénoncé à l’occasion de cette loi le record mondial détenu par l’Ethiopie, qui est selon le CPJ le pays qui a conduit le plus de journalistes à l’exil au cours des 10 dernières années.

« $ 50 millions » de manque à gagner annuel pour l’Éthiopie

Le rapport 2011 de la fondation Freedom House (PDF) dénonçait déjà le fait qu’ « en Éthiopie et à Cuba, les entreprises publiques de télécommunications détiennent un monopole sur le service Internet, ce qui leur accorde un contrôle sans borne sur les moyens de communication des internautes ».

Si le texte de loi n’invoquait initialement la raison économique que derrière la « menace sérieuse à la sécurité nationale » représentée par ces moyens de communication, la protection des parts de marché de Telcom, qui jouit du monopole du marché des télécoms en Éthiopie, apparait désormais plus nettement dans l’explication donnée fin juin par S. Kemal.

Le porte-parole du gouvernement a chiffré explicitement le manque à gagner représenté par Skype et consors pour la compagnie publique : plus de $ 50 millions par an seraient perdues par l’Éthiopie du fait de la concurrence de ces « opérateurs téléphoniques indépendants ».

Le monopole téléphonique contre l’essor de la téléphonie sur ordinateur

Le gouvernement a pris ombrage de la pluie de critiques que lui a values cette loi, et a assuré qu’elle ne s’attaquait qu’à l’intrusion de ces services informatiques sur la téléphonie, sans restreindre la liberté des internautes :

« Le texte de la loi vise à restreindre les activités téléphoniques sur Internet, non pas entre ordinateurs, mais plutôt entre des opérateurs non agréés qui utilisent Internet pour fournir des services téléphoniques depuis un ordinateur à une ligne téléphonique. L’objectif de la régulation n’est pas de contrôler les adresses IP et les activités en ligne. Ni de s’en prendre aux services entre ordinateurs. »

Cette distinction n’a toutefois guère de sens, puisque ce sont précisément les appels téléphoniques d’ordinateur à ordinateur qui échappent à Telcom. De quoi jeter un doute sur la sincérité de cette déclaration.

En signe d’apaisement, les appels à l’international sont également exclus du champ d’application de la loi (même si le texte ne fait pourtant pas cette distinction) :

« Il n’y a pas d’interdiction pour les gens qui appellent à l’étranger avec Skype depuis un café Internet.  »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s